abruzzes_4

LES ABRUZZES

Superficie: 10 794 km.carrés
Population: 1 239 738
Chef-lieu régional: L’Aquila
Chefs-lieux provinciaux: L’Aquila, Pescara, Teramo, Chieti

Parmi les plus grands attraits de la région on peut mentionner le Parc National des Abruzzes qui réunit sur son territoire toutes les espèces les plus significatives de la flore et de la faune des Apennins.

Préservation de la nature et lieu d'informations

Le parc des Abruzzes (Parco Nazionale d'Abruzzo) se trouve au centre de l'Italie, au coeur des Apennins. C'est un massif de dolomite (la roche) qui possède quelques pics de plus de 2000m d'altitude. Le parc s'étend sur près de 50 000 hectares dont les 2/3 sont occupés par des forêts de hêtres. Il se caractérise par des étés très chauds et de fortes chutes de neige en hiver.

» Le parc est réputé pour sa biodiversité : on compte pas moins de 8 000 espèces animales et végétales différentes ! Dans cette zone protégée vivent des populations d'ours, de loups, de lynx, de chamois, de loutres et de cerfs. Du côté de la flore, le parc abrite des muscs, des lichens et des champignons. Parmi les fleurs rarissimes, citons l'iris marsica et l'orchidée Cypripedium calceolus (jaune et noir). Dans chaque ville du parc a été créé un centre d'informations dédié au monde des plantes ou à une espèce particulière : "Centro Lupo" à Civitella Alfedena, "Centro Natura" à Pescasseroli ...

» Vous pourrez visiter le parc avec des guides professionnels ou suivre des itinéraires conseillés pour des promenades familiales ou de longues randonnées. Par contre, il est interdit de sortir des chemins balisés. Principale recommandation (que vous soyez seul ou en petit groupe) : gardez le silence. C'est la seule façon d'apercevoir les animaux du parc et d'apprécier totalement ce territoire loin du monde bruyant de la civilisation.

» Le parc est considéré comme un exemple de réussite car il est arrivé à faire rimer sauvegarde du patrimoine naturel et développement des économies locales. Mais cet équilibre pourrait basculer. En effet, le parc est aujourd'hui menacé par la pression des intérêts économiques. Le gouvernement et les communes environnantes ont des projets de construction de pistes de ski et d'hôtels sur la zone du parc. Affaire à suivre...

abruzzes_celano_7

Les Abruzzes comptent des centres artistiques de grande importance mais surtout elles recèlent des monuments isolés: églises, palais, châteaux et abbayes.
L’artisanat est florissant: dentelles, sculptures de bois, fer forgé, céramiques, tissus, orfèvrerie.
Le folklore est bien vivant et n’a rien perdu de son authenticité si bien que dans de nombreux villages on peut encore admirer les costumes populaires comme les vêtements des dames de Scanno.
La grande religiosité de la population se retrouve  dans les chants populaires et dans les défilés des processions : la fête de Saint Dominique ou des “serpents” qui se déroule à Cocullo le premier jeudi de mai est très célèbre: à cette occasion la statue du saint est portée en procession recouverte de serpents vivants.Le jour de l’épiphanie on peut voir la “crèche vivante” à Rivisondoli.
Sur le plan climatique on peut distinguer deux zones bien différentes: la côte et ses collines de l’arrière- pays qui bénéficient d’un climat méditerranéen et doux et la  vaste  zone du Haut Apennin avec son climat rigide l’hiver avec de copieuses chutes de neige et frais l’été.
 

  abruzzes_sulmona_3

Région principalement montagneuse, les plaines se  limitent à la dernière portion des fleuves principaux, juste avant que ceux-ci ne viennent se jeter dans la mer
Il n’y a pas de véritables plaines côtières

Les plus importants Massifs des Apennins appartiennent à la Région: le Gran Sasso (Corno Grande 2914 m.), La Maiella (Monte Amaro 2795 m.), le Velino, le Sirente, les Monts de la Laga, le Morrone et les Monts de la Meta. Ces montagnes possèdent deux caractéristiques particulières: des gorges profondes et des hauts- plateaux très étendus.
Les gorges sont creusées dans la roche calcaire et occupées par un cours d’eau: le célèbre “canon” de Celano, les gorges de Popoli, du Sagittario, du Sangro etc.
Les haut-plateaux sont à 1000-1500 m. d’altitude et sont couverts de pâturages: on y trouve des villages à l’aspect ancien aujourd’hui centres de villégiature.
Les Abruzzes possédaient l’un des plus grands lacs d’Italie: le Fucino. Il fut toutefois asséché au cours des siècles et aujourd’hui il reste seulement quelques lacs de montagne dont le lac de Scanno et quelques lacs artificiels (Bomba, Campotosto).
Le Parc National des Abruzzes est une zone protégée pour la préservation de la faune (ours marsicain, loup des Apennins, chamois, aigle royal) et de la flore (pin noir, lys rouge, iris marsicain, sabot de vénus).
Typique la “transhumance” rappelée par Gabriele D’Annunzio dans sa célèbre poésie: l’été les moutons sont emmenés sur les plateaux et en septembre ils sont ramenés vers la mer: autrefois ces déplacements étaient effectués à travers les fameux “tratturi”, sentiers , larges voies couvertes d’herbe qui peu à peu ont disparu.
Les Abruzzes de colline sont une zone beaucoup plus peuplée que la zone de montagne: elle descend rapidement vers la mer , vers la côte abruzzaine qui est généralement peu ondulée et semée de larges plages à l’exception de quelques portions rocheuses  entre Ortona et Vasto.

ART ET HISTOIRE

L’histoire préromaine des Abruzzes n’est pas très connue: on sait simplement que, jusqu’au premier millénaire avant le Christ,  vivent dans la région des populations italiotes (Marses, Peligni, Marrucini, Volsques, Picéens et Samnites) qui parlent une langue semblable au latin.
Parmi les divers objets énigmatiques de cette période le Guerrier de Capestrano ,  qui se trouve au Musée Archéologique de Chieti,  a une importance particulière.
Les rapports avec Rome favorisent le développement de centres prospères dont il reste des témoignages à Amiternum, Alba Fucens, Juvanum.
Pendant le  Moyen Age, la domination byzantine, la lutte contre les barbares, la domination lombarde, marquent une période pauvre d’art . L’art fleurira de nouveau au XIe  siècle avec les oeuvres des bénédictins et sous la domination normande au XIIe siècle.
Le prototype du  style roman abruzzain est la Basilique de Sainte Marie de Collemaggio à l’Aquila avec sa façade horizontale, son revêtement coloré, ses rosaces, ses portails grandioses.
D’autres monuments romans sont l’Abbaye de Saint Clément à Casauria, les églises de S. Maria Maggiore à Guardiagrele e a Lanciano e le complexe abbatial grandiose de S. Giovanni in Venere.
Les monuments gothiques ne manquent pas: l’église de S. Maria Arabona, la Cathédrale d’Atri.
Pendant la Renaissance L’Aquila devient la ville la plus importante  de la région et vante des palais et les oeuvres originales de Cola de l’Amatrice qui réalise la façade de Saint-Bernardin.
Au XVe siècle, Nicola da Guardiagrele,  orfèvre, élève de Ghiberti, travaille dans la région et réalise des croix processionnelles, des ostensoirs, des calices en argent orné d’émaux, des objets qui font partie des plus vieilles églises abruzzaines.
Le style baroque ne se répand pas beaucoup dans la région, exception faite pour l’église de Pescocostanzo.
Au XIXe siècle on assiste à des mouvements contre la domination des Bourbons jusqu’à l’annexion au Royaume d’Italie en 1860. Toute cette période   sera dominée par les oeuvres de peintres comme Francesco Paolo Michetti, Filippo e Francesco Paolo Palizzi e Teofilo Patini.

 

 

GASTRONOMIE

Le vin et l’huile d’olive sont d’excellente qualité dans toute la région. Les huiles les plus typiques proviennent de Loreto Aprutino, Tocco da Casauria et de la zone des Frentani. Les vins d’appellation contrôlée sont le Montepulciano,le Cerasuolo et leTrebbiano. Le vin blanc très rare Montonico della Val Vomano est produit dans la région de Teramo. Les zones de production les plus importantes sont: Tollo, Ortona, Miglianico, Casalbordino nel Chietino, Controguerra et Roseto dans la région de Teramo, la plaine de Ofena dans la région de l’Aquila et la vallée de Pescara. Quant à la gastronomie il faut distinguer les fromages de brebis (pecorino) de montagne (Pizzoli, Castel del Monte, Calascio, Isola del Gran Sasso, Atri et les collines de Vasto), les scamorze fraîches et faites, le caciocavallo (Rivisondoli, Sant’Eufemia à Maiella, Lanciano); la charcuterie de Campotosto, les saucisses de Scanno et la ventricina de Guilmi; puis le miel ( Roccascalegna, Tornareccio), les légumes secs (lentilles à Santo Stefano di Sessanio, les pois chiches de Navelli, les haricots secs de Paganica), les pommes de terre à Avezzano . Il ne faut pas oublier le safran (piane di Navelli), l’epeautre et la truffe, très diffusée dans les zones internes. Sur toute la cote on peut déguster la soupe de poisson (les plus connues sont celles de Martinsicuro, Giulianova, Pescara, Vasto), dans l’arrière-pays, les gâteaux typiques comme les Mostaccioli, les celli ripieni, les nevole, les bocconotti de Castel Frentano. Fort traditionnelle et renommée est la production de dragées à Sulmona, de nougat à l’Aquila, du Parrozzo et de la liqueur Centerbe à Tocco da Casauria. Et voici les triomphes de la table, les maccheroni alla chitarra (maccheroni coupés à la main à l’aide d’un métier tendu de fils d’acier, la "chitarra" assaisonnés de sauce de viandes et de fromage de chèvre) ainsi que l’agneau, le cabri, la dinde alla canzanese et la porchetta (cochon de lait ) rôtie aux arômes. Les Abruzzes sont la terre des pâtes,en particulier grâce aux fabriques de pâtes de Fara San Martino. Et pour finir, un plat vraiment unique provenant de Teramo: les virtù, une soupe printanière.

La cuisine abruzzaine vante de grandes traditions : les cuisiniers qui émigrèrent en France à la suite de Catherine de Médicis , étaient abruzzains et ont contribué à jeter les bases de la cuisine raffinée française. En outre les chefs qui travaillent dans de grands hôtels du monde entier sortent de la célèbre école hôtelière de Villa S. Maria, un petit centre de la Vallée du Sangro.
Cette cuisine est caractérisée par les pâtes faites maison, l’excellente viande qui provient des troupeaux des haut- plateaux, les légumes en général et les poivrons en particulier, le poisson de la mer Adriatique, les savoureux desserts et l’excellent vin.
Les Maccheroni alla chitarra sont la spécialité la plus connue (pâtes aux oeufs coupées par un moule appelé “chitarra”), les crespelle ‘mbusse (crêpes cuites dans le bouillon), la soupe de cardons.
Les meilleures viandes sont les viandes ovines et caprines mais aussi les bovins et la volaille en général. Les autres spécialités proviennent de la mer : le scapece (poisson frit laissé mariner dans des sauces fortes), la soupe de poisson de Pescara et Vasto.
Parmi les légumes on peut mentionner les épinard de montagne aux vertus salutaires indubitables. Aussi la production de fromages est bonne: scamorze, ricotte, mozzarelle
.Parmi les desserts: le Parrozzo  de Pescara ( gâteau de farine, amandes, beurre, oeufs et sucre, glacé au chocolat), les “calcionetti” (pâtisserie farcie de confiture de raisin , frits et sucrés), pain de l’ours, “ferratelle” ( gaufrettes aplaties et croquantes faites defarine, oeufs, sucre, citron râpé, cannelle, cuites entre deux fers brûlants qui impriment sur la gaufre des dessins à relief), les dragées de Sulmona, le nougat mou au chocolat de L’Aquila
.Les vins sont le Montepulciano des Abruzzes rouge pour viandes, le Cerasuolo des Abruzzes pour le poisson , le Trebbiano des Abruzzes sec de couleur ambrée, pour entrées et poisson,enfin le liqueurs Nocino d’Aielli, le Centerbe  de Tocco Casauria, l’Aurum de Pescara.

 

Les Abruzzes conjuguent traditions pastorales de montagne et traditions paysannes de la plaine, visibles aujourd’hui grâce aux anciens logements, notamment sur la Maiella (Roccamorice, Abbateggio), où se trouvent des cabanes en pierre sèches qui servaient d’abri aux bergers; tandis que les maisons en terre crue caractérisent les lieux paysans comme Cepagatti, Controguerra et Colonnella.
Le fêtes populaires et religieuses se suivent tout au long de l’année: profanes ou sacrées, la plupart d’entre elles sont très anciennes et rappellent des miracles ou illustrent des épisodes des Saintes Ecritures, D’énormes colonnes de cannes, les farchie, sont allumées pour la fête de Sant’Antonio Abate (le 16 janvier) à Fara Filiorum Petri; tandis que la tradition de la San Biagio (le 3 février) à Taranta Peligna est la distribution des panicelle bénies. Les retraites de la semaine sainte et de Paques sont spectaculaires à Sulmona, à Chieti et à Lanciano. A Cocullo lors du premier jeudi du mois de mai se tient la procession avec les serpents pour San Domenico Abate,tandis qu’à Rapino on fête la Madonna del Carpino avec les Verginelle (jeunes Vierges) recouvertes d’or. Le lundì de Pentecôte un boeuf laboureur suit le Saint à Loreto Aprutino. Le 24 juin à Civitella Roveto il faut se purifier en se baignant dans le fleuve Liri au cours d’un rite nocturne fort suggestif. Pour la Sant’Anna à Teramo le Trionfo della Pace (Triomphe de la Paix) est célébré avec un cortège historique. Le 29 aoùt à L’Aquila se tient la Perdonanza (Le Pardon) ; le 8 septembre à Lanciano est le jour du remerciement de la Madonna del Ponte ( Vierge Du Pont). San Martino est fêté le 11 novembre à San Valentino in Abruzzo Citeriore et le 6 décembre, pour San Nicola, à Pollutri il est coutume de faire cuire les fèves sur la place dans sept énormes chaudrons.
Enfin, il ne faut pas oublier I Banderesi (les Bannerets) à Bucchianico et la Sagra del Narciso (la fête des Narcisses) à Rocca di Mezzo. Pour mieux partager l’esprit de ces fêtes populaires tout en revivant le charme d’antan dans un confort moderne, des fermes ou anciennes maisons rurales, aménagées par des entreprises d’agritourisme, offrent la proverbiale hospitalité abruzzaise