Renaissance à Florence

C'est l'une des capitales mondiales des amoureux de l'art, berceau de la Renaissance mais aussi ville deux fois millénaire, connue pour ses intrigues politiques autant que pour ses intrigues amoureuses. Une ville au charme flamboyant comme sa culture.

florence_25

Lorsqu'on visite Florence, c'est l'histoire de l'Italie et des plus grands chefs d'oeuvre artistiques que l'on découvre.

C'est que cette ville, fondée par les Romains au Ier siècle après JC a été le berceau de l'une des plus grandes révolutions de l'art : la Renaissance. Et elle en est partout le témoignage magnifique.

Si vous n'êtes florentin que le temps d'un week, voici quelques monuments indipensables à visiter.
Commencez par entrer (et faire le tour) de la cathédrale Santa Maria del Fiore. Elle est très célèbre pour sa coupole qui a été achevé au XVème siècle. Ses murs extérieurs sont entièrement recouverts de marbre vert, rouge et blanc. Prolongez votre visite en allant voir, juste à côté de la cathédrale, le Campanile dont le premier étage est décoré de bas-reliefs de Giotto et le Baptistère dont on dit qu'il remonte au Vème siècle.
Rendez-vous ensuite sur le Ponte Vecchio : ce pont habité et couvert, enjambant l'Arno, est peut-être l'image la plus connue de Florence, on ne se lasse pas de son charme desuet et à le voir, on aimerait que beaucoup de nos ponts furent restés comme celui-ci et surtout qu'il ne fût pas le seul de Florence à ne pas avoir été détruit par la seconde guerre mondiale.
Marchez sur les pas de Stendhal en entrant dans l'Eglise de Santa Croce, vous pourrez vous y recueillir sur les tombes de Michel-Ange, de Machiavel et de Galilée. Son cloître est de Brunelleschi et certaines de ses peintures de Giotto.
Pour prolonger et intensifier encore vos émotions, pénétrez dans le musée des Offices. Depuis 1591, n'importe qui pouvait visiter le Palais et ses oeuvres, s'il le demandait au Grand-Duc. Du haut de ses quatre siècles d'histoire, il est le plus vieux musée au monde. Et aujourd'hui, dans ses 8000 m2 d'exposition, il contient l'une des plus importantes collections d'art de tous les temps, comprenant des sculptures antiques, des peintures sur bois ainsi que des toiles des écoles italienne et étrangère du XIIIème au XVIIIème siècle. Mais ce n'est pas le seul musée dans lequel il est bon de s'arrêter quelques heures. Si vous en avez le temps, pensez à visiter la collection de sculptures du Palais Bargello (et juste à côté la maison de Dante) et le Palais Pitti et sa collection de peintures renaissance.
Cette carte dynamique vous permet de ne pas manquer les incontournables culturels de Florence.

florence_palais_pitti_2

La capitale toscane a su aussi préserver son charme. Laissez-vous gagner par la magie de la ville en vous perdant au gré des venelles, c’est le meilleur moyen de la connaître. En effet, Florence n’est pas seulement une ville-musée, mais aussi un endroit où des gens vivent et s’amusent. Il n’y a qu’à voir fleurir les nombreuses enoteche (bars à vin) pour se dire que, oui, Florence est une ville qui bouge ! Vers 19 h, à l’heure de l’aperitivo, allez prendre un verre du côté de l’Oltrarno ou de San Frediano et San Spirito.

On peut trouver à la nuit tombée une certaine solitude, ô combien méritée après une journée harassante à piétiner au milieu du flot touristique. Tout alors devient calme et douceur. C’est à ce moment d’ailleurs, si vous le pouvez, qu’il faut partir à la découverte de la ville, de sa vie nocturne, de son mystère. Florence retrouve toute sa noblesse...

La ville, spécialisée dans la production de vin, d’huile d’olive, de légumes, de fruits et de fleurs, se situe sur la ligne ferroviaire et la principale route reliant l’Italie septentrionale à Rome. La production industrielle comprend les motocyclettes, les pièces d’automobiles, les machines agricoles, les produits chimiques, les engrais, les plastiques et les instruments de précision. L’artisanat florentin — argenterie, joaillerie (en particulier l’or et les camées), maroquinerie, travail du verre, poterie, sculptures en bois et broderies — est célèbre dans le monde entier. Florence est dominée par les tours de ses nombreux palais et églises et par le vaste dôme de la cathédrale Santa Maria del Fiore. Située sur la Piazza del Duomo, sur la rive droite de l’Arno, cette cathédrale, dotée d’une structure gothique dont l’extérieur est décoré de marbre rouge, vert et blanc, fut commencée en 1296 par l’architecte florentin Arnolfo di Cambio, reprise par ses successeurs sur un plan modifié et couronnée d’une immense coupole octogonale conçue par Filippo Brunelleschi. La façade, bien qu’elle ait été construite à la fin du XIXe siècle, est en harmonie avec le style de l’édifice. L’intérieur est orné de fresques de Paolo Uccello et d’Andrea del Castagno. À côté se trouve un campanile, ou clocher, du XIVe siècle qui fut commencé par Giotto et achevé par Andrea Pisano.

À proximité de la cathédrale se trouve le Bargello, ou Palazzo del Podestà, un bâtiment à l’aspect de forteresse, des XIIe et XIVe siècles, siège d’un musée consacré à la sculpture, possédant des collections en terre cuite vernissée de la famille Della Robbia, des sculptures de Donatello et le David de Verrocchio. La Piazza della Signoria, où se trouvent les fontaines de Neptune d’Ammannati, la statue équestre de Cosme Ier et la copie du David de Michel-Ange, est dominée par le majestueux Palazzo Vecchio, un bâtiment de style gothique, d’aspect sévère mais harmonieux, surmonté d’une tour crénelée haute de 94 m. Construit entre 1299 et 1314, ce palais devint le siège du conseil municipal en 1550, puis celui de la Chambre des députés italienne de 1865 à 1871. Les vastes salles et appartements furent somptueusement décorés par Giorgio Vasari pour Cosme Ier de Médicis qui en fit sa résidence au XVIe siècle. À côté se situe la Loggia dei Lanzi (fin du XIVe siècle), devant laquelle se trouvent plusieurs statues, dont le Persée en bronze de Benvenuto Cellini et l’Enlèvement des Sabines de Giambologna.

Dans un périmètre formant un demi-cercle autour de la cathédrale et du Palazzo Vecchio se trouvent de nombreux palais et églises. Les plus remarquables sont l’église gothique Santa Trinità datant du XIIIe siècle, avec son magnifique intérieur et sa façade baroque du XVIe siècle, et Santa Maria Novella (XIIIe-XVe siècle), avec sa façade de marbre de couleur et ses cloîtres richement décorés, une des plus belles églises de la ville. Elle contient de nombreuses fresques dues notamment à Masaccio (Adam et Ève chassés du Paradis, v. 1425, église Santa Maria del Carmine, chapelle Brancacci), Ghirlandaio, Uccello. Vers l’est se trouvent l’église et les cloîtres San Lorenzo, datant du XVe siècle, conçus par Brunelleschi. La structure adjacente est la chapelle des Médicis, chapelle privée et sépulture de la célèbre famille. Au-dessus de la crypte de cette chapelle se trouve la Nouvelle Sacristie, dont Michel-Ange fut à la fois architecte et sculpteur; la sacristie renferme les tombeaux de Laurent II de Médicis, duc d’Urbino, qu’ornent les statues de l’Aurore et du Crépuscule, et de Julien de Médicis, duc de Nemours, orné des statues du Jour et de la Nuit.

Le palais Medici-Riccardi, construit par Michelozzo pour Cosme de Médicis au milieu du XVe siècle, fait face à San Lorenzo. Ce bâtiment est caractéristique des résidences des familles patriciennes de cette époque avec leur rez-de-chaussée fortifié, leurs cours gracieuses et leurs appartements privés occupant les premiers étages. C’est là que se trouve le musée des Médicis. Quelques rues plus loin, vers le nord-est, est situé l’ancien monastère dominicain de San Marco, qui fut également en grande partie l’ouvrage de Michelozzo. C’est aujourd’hui un musée où l’on peut admirer les cellules ornées par Fra Angelico et Fra Bartolomeo, moines dominicains qui vécurent là, ainsi que la cellule autrefois occupée par le prédicateur Savonarole. Le réfectoire est décoré par une fameuse Cène de Ghirlandaio. À proximité se situent l’Ospedale degli Innocenti (l’hôpital des Innocents), un ancien orphelinat, caractérisé par un portique magnifiquement décoré par Brunelleschi, avec dix médaillons en terre cuite blanc et bleu d’Andrea Della Robbia, le musée de l’Académie des beaux-arts, avec ses nombreux ouvrages de Michel-Ange, dont l’original du David, et le Musée d’archéologie, avec son exceptionnelle collection étrusque.

florence_17

Le Dôme Santa Maria del Fiore (Piazza del Duomo). Commencée à la fin du XIIIème siècle, la cathédrale ne sera achevée qu’en 1436. Le Campanile est l’un des plus beaux clochers médiévaux d’Italie

-         Le Baptistère (Piazza del Duomo)

-         La Maison de Dante (Via Santa Margherita 1). L’auteur de la Divine comédie, ouvrage écrit en 1302, y serait né

-         La Badia Fiorentina (Via del Proconsolo). Une église au centre de la cité médiévale

-         Le Palais Vecchio (Piazza della Signoria)

-         Le Pont Vecchio, le plus vieux de Florence construit en 1345

-         Le Palais Corsini (Via del Parione 11), de style baroque et situé au bord de l’Arno

-         Le cloître de Santa Maria Novella (Piazza di Santa Maria Novella), l’un des plus beaux de Florence, dont l’église a été achevée en 1360

-         L’ancienne paroisse des Médicis San Lorenzo (Piazza San Lorenzo)

-         La Galleria dell’Accademia (Via Ricasoli 60). Dans ce musée, est exposé le célèbre David de Michel-Ange. Fondée au XVIème siècle, elle a été la première école des Beaux-Arts d’Europe

-         La Maison Buonarroti (Via Ghibellina 70), l’ancienne demeure de Michel-Ange

-         La Galleria digli Uffizi (Piazzale degli Uffizi 6). Les chefs d’œuvres exposés dans ce musée, dont François Ier est à l’origine de son ouverture, vous feront rêver. Vous y trouverez, notamment, La Naissance de Vénus de Botticelli et L’Adoration des Mages de Leonard de Vinci

-         Le Palais Pitti (Piazza Pitti), surnommé le « Versailles florentin » datant du Xvème siècle

-         La Place Michelangelo, légèrement excentrée, vous offrira une superbe vue de la ville


http://www.florence-firenze.com/florence/gianna.htm

http://www.touristie.com/articles/Florence-guide-des-musees-174

http://www.mega.it/fra/gui/monu/bu.htm